Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2016 3 27 /04 /avril /2016 19:20

Dans La Soif du mal, le personnage interprété par Charlton Heston, le policier Mike Vargas, ne révèle sa nature profonde qu'au contact de l'insidieux Hank Quinlan. Ici, c'est au tour du sculpteur et peintre Michel-Ange, qu'il campe avec talent, de se dévoiler face au pape Jules II, auquel Rex Harrison prête ses traits les plus austères. Le plafond de la Chapelle Sixtine n'est plus alors qu'un prétexte à la rencontre entre deux formes de grandeur et de puissance : d'un côté, le souverain pontife, chef d'État et éminente autorité spirituelle ; de l'autre, l'artiste florentin auprès duquel il passe commande, dont l'aura et la réputation demeurent notamment mis en exergue par l'admiration que lui témoigne Raphaël, « jeune confrère » en vue, un temps envisagé pour illustrer les palais pontificaux.

 

Après une introduction très didactique, consacrée aux talents de sculpteur de Michel-Ange, Carol Reed sonde le travail de longue haleine, aussi passionnant qu'éreintant, que constitua l'ornement pictural de la Chapelle Sixtine, source de multiples et inénarrables tensions entre le pape Jules II et le célèbre artiste florentin. Quand le premier se montrait despotique et feignait d'omettre ses engagements salariaux, le second nourrissait une conception singulière et intransigeante de son art, souvent en opposition avec les désirs du souverain pontife. Une attitude passionnée, rigoriste, parfois même caractérielle, qui l'amena à détruire sans ménagement le résultat de plusieurs semaines de travail, mais aussi à prendre le large afin de « réfléchir » dans les carrières. « Le vin était aigre, je l’ai répandu », se justifiera-t-il laconiquement, en écho à une scène antérieure.

 

L'atmosphère n'est pas des plus fraternelles : l'architecte du pape semble abhorrer Michel-Ange, dont l'ouvrage est moqué et qualifié de « temple païen ». Le peintre sombre peu à peu dans une forme d'ardeur dévorante (il n’y a « plus de place en [lui] pour l’amour ») qui mettra sa vie en danger, à force de soumission et d'acharnement. Sans oublier que ses mots acrimonieux, rédigés à l'encontre de Jules II, avaient déjà échaudé les uns et les autres. Pourtant, au milieu de décors splendides (à l'exception de quelques extérieurs trop artificiels), entre un plan étourdissant en clair-obscur et des scènes de désolation dues à l'effort de guerre, les deux hommes à l'ego majuscule vont trouver un (fragile) terrain d'entente. « Ce n’est pas un portrait de Dieu, c’est une preuve de foi », assènera même le pape, avant de confesser une certaine admiration à l'endroit de Michel-Ange.

 

Le film de Carol Reed paraîtra sans doute ankylosé à quelques-uns. Il se montre tour à tour verbeux et contemplatif, et se replie plus souvent qu'à son tour sur des enjeux qui n'ont rien de spectaculaire. Il est toutefois émaillé d'éléments qui relancent continuellement son intérêt : un discours fiévreux sur les Grecs antiques et les hypocrites de Rome, des intrigues politiques en cours de redéfinition, une Église dont la richesse a pour pendant l'indigence des masses, une réflexion sur le caractère phagocytaire de l'acte de création, une évocation judicieuse du jeu de flatterie et de séduction auquel est contraint de se livrer tout artiste (« Nous sommes des catins qui colportent la beauté au seuil de la demeure des puissants... »). S'il ne parvient jamais au même éclat que Le Troisième homme, L'Extase et l'Agonie fait néanmoins étalage de qualités qui méritent un examen attentif.

 

 

Lire aussi :

"Inside Llewyn Davis" : la sacralisation du perdant

Étendre le champ du possible

Le Plus : "Shotgun Stories" / Le Moins : "Le Crocodile de la mort" (#42)

Partager cet article

Repost 0
Published by Jonathan Fanara - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • Jonathan Fanara
  • Diplômé en communication, gestion et arts, agent administratif au CHBAH, pigiste, lecteur assidu et cinéphage presque pathologique. La curiosité est certainement le plus utile de mes défauts.
  • Diplômé en communication, gestion et arts, agent administratif au CHBAH, pigiste, lecteur assidu et cinéphage presque pathologique. La curiosité est certainement le plus utile de mes défauts.

Recherche