Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 07:06
Le Plus : « The Player » / Le Moins : « Jason Bourne » (#56)

Le Plus/Le Moins est une chronique cinématographique hebdomadaire. Vous y découvrirez, toujours avec concision, le meilleur et le pire de mes (re)découvertes.

 

 

Et cette semaine…

 

Le Plus : The Player (1992). Il faut se remémorer M*A*S*H, comédie satirique portant sur l'armée, pour mesurer le talent de Robert Altman quand il est question d'ironie. C'est justement cette étoffe persifleuse qui échoit à The Player, plus sérieux que son prédécesseur, mais non moins farouche. Tout commence, sans sommation aucune, par un long plan-séquence de huit minutes, accentué par une allusion appuyée à La Soif du mal, l'estimé chef-d'oeuvre d'Orson Welles. On embraye avec le meurtre accidentel d'un prétendu harceleur, commis par un responsable de production hollywoodien peu enclin aux scrupules. Il y a erreur sur la personne, mais peu importe : il va séduire l'ex-compagne de sa victime, puis bénéficier des lacunes du système judiciaire. Un même cynisme, à la fois amusant et cruel, alimentera tout The Player. On y signe des contrats au cours de réunions des alcooliques anonymes, on y envoie volontairement ses concurrents au casse-pipe et on y conclut des accords avec un harceleur qu'on pensait pourtant six pieds sous terre. La vision d'Hollywood telle que présentée par Robert Altman est acerbe, caustique, mais surtout mise en scène avec brio. Elle l'emporte, sans combattre, sur les aspects policier ou romantique du film, eux aussi porteurs d'une ironie affirmée. The Player pourrait en fait s'apparenter à une contre-odyssée, en ce sens qu'il se construit à rebours du rêve américain et des valeurs qu'il est censé incarner. Le cinéphile se plaira quant à lui à y croiser, aux côtés du premier rôle Tim Robbins, Whoopi Goldberg, Bruce Willis, Julia Roberts, Burt Reynolds ou encore John Cusack. (8/10)

 

Le Moins : Jason Bourne (2016). Ceux qui en doutaient en auront désormais le coeur net : le temps des franchises est encore loin d'être révolu. Jason Bourne, sorti des mains tremblantes (mais expertes) de Paul Greengrass, suffit à en attester. On conserve évidemment les principaux ingrédients ayant fait le sel de la série : agents secrets, manipulations diverses, climat permanent de paranoïa, action débridée, dissimulations et faux-semblants servant l'intrigue et la tension, le tout empaqueté avec un Matt Damon certes vieilli mais toujours efficace, opposé cette fois à un Tommy Lee Jones à son couchant. Le scénario, paresseux, reste des plus attendus, pas dépourvu d'incohérences et mâtiné d'un petit air post-Snowden sans doute appelé à faire école. Il se positionne timidement sur les créneaux de la vengeance personnelle et des questions filiales, presque psychanalytiques. Globalement dans les clous, la mise en scène enthousiasme assez peu, si ce n'est à l'occasion d'une séquence explosive à Athènes ou d'une poursuite automobile à Las Vegas, où la tôle froissée finit néanmoins par lasser quelque peu. Reste tout de même, heureusement, des rôles féminins de premier plan (caution Mad Max) et un moment pop-corn plutôt agréable, rythmé, voire effréné, mais tournant trop souvent à vide. (5/10)

 

 

Lire aussi :

Le Plus : "Alien, le huitième passager" / Le Moins : "Interstellar" (#55)

Le Plus : "Snake Eyes" / Le Moins : "Fury" (#54)

Le Plus : "Docteur Folamour" / Le Moins : "L’Arc" (#53)

Partager cet article

Repost 0
Published by Jonathan Fanara - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • Jonathan Fanara
  • Diplômé en communication, gestion et arts, agent administratif au CHBAH, pigiste, lecteur assidu et cinéphage presque pathologique. La curiosité est certainement le plus utile de mes défauts.
  • Diplômé en communication, gestion et arts, agent administratif au CHBAH, pigiste, lecteur assidu et cinéphage presque pathologique. La curiosité est certainement le plus utile de mes défauts.

Recherche