Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 17:55

Le saviez-vous ?  En dépit d’excellents résultats électoraux, le Front de libération nationale a vu contre toute attente quantité de communes lui échapper lors du dernier scrutin local.

 

Pourquoi ?  En Algérie, le mode de désignation du président d’une assemblée populaire communale s’avère relativement complexe. En cas d’absence de majorité, chaque liste peut envisager de briguer la « mairie ». Cela a engendré des ententes de circonstance entre formations minoritaires en vue de faire barrage aux candidats du FLN, lesquels ont indéniablement souffert d’une opposition entièrement liguée contre eux. Si le parti d’Abdelaziz Belkhadem misait initialement sur la direction de 1000 communes, il n’en récolte au final que 528. Une contre-performance qui s’explique aisément. Avec 52 partis engagés dans la bataille, un émiettement considérable des voix semblait en effet inévitable. La défiance générale à l’égard de la première force politique du pays a fait le reste. Les listes minoritaires ont formé de vastes coalitions, idéologiquement hétérogènes, voire franchement bancales, mais leur permettant au moins de tenir à l’écart du pouvoir les hommes de Belkhadem. Et, pour ne rien arranger, un vent de fronde souffle actuellement sur le FLN, raison pour laquelle certains de ses élus ont refusé d’apporter leur soutien à leur tête de liste, ajoutant des dissensions intestines à une concurrence au mieux impitoyable. Quant à Abdelaziz Bouteflika, chef d’État et président d’honneur du parti, il ne devrait pas se compromettre en intervenant directement.

 

Citation. « Abdelaziz Bouteflika refuse d'intervenir dans les conflits entre personnes et se place au-dessus de la mêlée. » – Un membre de l’entourage du président, dans Jeune Afrique.


Partager cet article

Repost 0
Published by Jonathan Fanara - dans Le saviez-vous
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • Jonathan Fanara
  • Diplômé en communication, gestion et arts, agent administratif au CHBAH, pigiste, lecteur assidu et cinéphage presque pathologique. La curiosité est certainement le plus utile de mes défauts.
  • Diplômé en communication, gestion et arts, agent administratif au CHBAH, pigiste, lecteur assidu et cinéphage presque pathologique. La curiosité est certainement le plus utile de mes défauts.

Recherche